Les changements d'échelle (Prise 2)

Les arts et la théorie confrontés au réel

Programme
Inscrivez-vous
Usine C
1345 Avenue Lalonde Montréal, QC H2L 5A9, Canada

Changements d'échelle en arts et dans le domaine de la théorie

Date : Lundi 16 et Mardi 17 Octobre 

Organisé par : 

 

Détails de l'évènement : 

Notre relation au réel est soumise à l’usage de différentes échelles qui rendent compte de notre saisie du monde environnant. Imposées par les lois de la perspective et les lois temporelles, notre saisie du monde passe par ces paramètres qui nous gouvernent, de façon consciente ou inconsciente. Ils répondent à une certaine mise en ordre du monde. Or, le domaine des arts est le lieu par excellence où ces lois se trouvent remises en question tant du point de vue esthétique que politique. Face aux défis de la biologie, de la mécanique quantique, du numérique, de l’urbanisme et de la démographie, qui imposent à la perception des jeux d’échelle qui parfois la dépasse, comment les arts participent-ils à la réorganisation du réel et entendent recréer de l’organicité dans un environnement de plus en plus fragmentaire et réticulaire, celui d’un monde peut-être devenu « sans échelle » ? 

Cette rencontre s’intéressera aux productions artistiques et aux changements d’échelle auxquels elles peuvent être confrontées dans les festivals, les tournées, les expositions, les performances.... Il interrogera les questions pragmatiques qui se posent dans le passage d’un lieu à un autre, d’une salle à une autre, d’une temporalité à une autre, d’un environnement clos à un vaste cadre en plein air, d’un public restreint à des foules. Nous interrogerons des architectes, musiciens, scénographes, éclairagistes, concepteurs vidéo sur les enjeux concrets que pose la diffusion d’un spectacle (tournée, festival...) : adaptabilité et plasticité d’une scénographie sur différents sites ; envisager le spectacle dans sa mobilité et ses opérations de déplacement... 

Le colloque souhaite proposer une réflexion sur ces questions d’échelle en plaçant les arts vivants (théâtre, danse, performance...) au centre de l’équation comme lieu d’expérimentation et de déconstruction des normes existantes, comme lieux appelant des changements d’échelle – spatiales, temporelles, économiques - de types variés.

 

 

LUNDI 16 OCTOBRE

8h30 – 9h00 

Accueil

9h00 – 9h30 

Mot de bienvenue

 

Danièle de Fontenay, directrice de l’Usine C

Louise Poissant, Directrice scientifique, Fonds de recherche du Québec – Société et culture 

Josette Féral et Anne Pellois, responsables du colloque

 

Session 1 : Qu’est-ce qu’un monde sans échelle ?

9h30 - 10h45

Corinne Gendron (Professeure au département de Stratégie, Responsabilité sociale et environnementale, UQAM) et Stéphanie Yates (Professeure au département de communication sociale et publique, UQAM) : « Des controverses sociales ancrées dans une géométrie variable »

Laurent Féral-Pierssens (KPMG) et Régis Barondeau (Professeur substitut au Département de management et technologie, ESG, UQAM): « L’art confronté à une triple révolution numérique »

Olivier Germain (Professeur au département de management et technologie de l’école des sciences de la gestion de l’UQAM) : « La fiction comme dépassement du réel pour les chercheurs en études organisationnelles »

Discussion

 

10h45 – 11h15

Pause 

 

Session 2 :  Macro-esthétique et physique quantique

11h15 - 12h30 

Florence Marchi (Enseignante-chercheuse en physique à l’Université Grenoble Alpes) : « Perception et immersion interactive dans le nanomonde : sa mise en scène grâce à la réalité virtuelle et aux interfaces haptiques »

Olivier Asselin  (Professeur titulaire en cinéma à l'Université de Montréal) : « Cinéma, microhistoire et mécanique quantique. La question des échelles dans Le Cyclotron »

Jean-Philippe Tastet (Critique en art culinaire) : « Où s’en vont l’art culinaire et la restauration ? »

Discussion

 

12h30 – 14h00

Lunch 

Présentation d’un extrait du jeu vidéo Everything de David O’Reilly 

 

Session 3 : Un corps hors d’échelle

14h00 - 15h15

Marie-Hélène Boudrias (Professeure Adjointe à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie, Université McGill) : « Dimensions temporelles et spatiales utilisées lors de l'étude du cerveau »

Anne Laure Féral-Pierssens (Médecin urgentiste à l’Hôpital européen Georges-Pompidou) : « Soigner dans l’urgence : de l’individu aux populations »

François Richer (Professeur au Département de Psychologie, UQAM) : « Les neurosciences et nos multiples échelles mentales »

Discussion

 

15h15 – 15h45

Pause 

 

Session 4 : Échelle et matérialité

15h45 - 17h15

Camille Courier de Méré (Doctorante en études et pratiques des arts à l’UQAM et scénographe) : « Rôle de la maquette et transduction dans la peinture scénographique »

Nicolas Grenier (Arts visuels) : « Intégration sociale : réduction et radicalisation »

Anick La Bissonnière (Scénographe et professeure à l’École Supérieure de théâtre, UQAM) : « Être à l'échelle : Une pratique de l'espace »

Antoine Laprise (Marionnettiste et professeur au DESS en marionnette contemporaine à l’UQAM) : « Changement d’échelle et marionnettes : adaptation, déférence et tradition ».  

Discussion

 

 

Mardi 17 octobre 

Session 5 : Intimité et miniature

9h30 - 11h00

Mireille Losco-Lena (Professeure en Études théâtrales, ENSATT, Lyon) : « Hypnose et théâtre : Le théâtre à l’échelle de l’intimité » 

Frédéric Maurin (Maître de conférences, Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3): « La miniature contre la mimésis »

Bruno Nassim Aboudrar (Professeur d’esthétique à Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « La Hyre et les jambes de fourmis »

Émilie Martz-Kuhn (Professeure associée, École supérieure de théâtre, UQAM) : « De Zbigniew Libera à Hotel Modern : miniaturisations d'Auschwitz et échelles mémorielles »

Discussion 

 

 

11h00 – 11h15

Pause 

 

Session 6 : Le grand et le petit

11h15 - 12h30

Julie Sermon (Maître de conférences HDR en Études Théâtrales, Université Lyon 2) : « Scènes contemporaines et tournant écologique : changement d’échelle ou de paradigme ? »

Julia Gros de Gasquet (Maître de conférences HDR, Institut d’Études Théâtrales de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Quand les drônes jouent ou comment se saisir des changements d'échelle »

Hélène Kuntz (Maître de conférences en études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) : « Du téléscope au microcospe : saisir et penser le réel à grande échelle » 

Discussion

 

12h30 – 14h00

Lunch

Projection du jeu vidéo Everything de David O'Reilly

 

14h00 - 14h45

Keynote : Michel Goulet  « Le moment en guise de monument »

 

14h45 - 15h00

Pause

 

Session 7 : Le monde face à la globalité

15h0 - 16h15 

Isabelle Barbéris (Maître de conférences en arts de la scène à l’Université Sorbonne Paris Cités / Paris Diderot) : « Mythes et idéologies du « théâtre global » : Global Groove (Paik) vs Encyclopédie de la parole (J. Lacoste) » 

Luc Courchesne (Directeur de projets à la Société des arts technologiques) : « Transcalarité : déconstruire les frontières »

Milène Tournier (Doctorante en Études théâtrales, Sorbonne - Nouvelle Paris 3) : « Décadrer la mélancolie : échelles urbaines, vitres du train Paris Cergy-Préfecture, et fenêtre youtube dans le vlog de François Bon » 

Discussion

 

16h15 – 16h45

Pause 

 

Session 8 : Changement d’échelle dans l’espace public

16h45 - 18h00

Anne Pellois (Maître  de conférence à l’École Normale Supérieure de Lyon en Études Théâtrales) : « Villes# du Collectif X : du collectif à l’échelle de la ville »

Jacques Poulin-Denis (Chorégraphe), Mathieu Tremblay (Vidéaste, Ottoblix) et Olivier Girouard (Compostieur, Ekumen) : « À grandeur du Wilder : de l’intimité du corps à la projection architecturale » 

Nicolas Reeves (Artiste médiatique et professeur à l'École de Design, UQAM) : " Mende Cathédrale : échos harmoniques d'une cosmologie de pierre "

Discussion 

18h00 - 18h30

Discussion générale et bilan

Clôture : Josette  Féral et Anne Pellois

20h00 - 21h20

Last night I dreamt that somebody loved me, mise en scène  Angela Konrad, Usine C.

 Cette création de la metteure en scène et dramaturge d’origine allemande Angela Konrad, conçue pour un comédien, quatre danseurs et un chien, interroge les rapports entre la « culture du narcissisme » et la quête du bonheur : http://usine-c.com/last-night-i-dreamt-that-somebody-loved-me/

Retour aux Entretiens