2 JOURS : Facteurs humains, technologies embarquées et numériques :

Quel rôle pour les politiques de sécurité routière?

Programme
Inscrivez-vous
Cité des mobilités
Amphithéâtre Du Cerema 25 Avenue François Mitterrand 69500 Bron

FACTEURS HUMAINS, TECHNOLOGIES EMBARQUÉES ET NUMÉRIQUES: QUEL RÔLE POUR LES POLITIQUES DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE?

Mardi 22 et Mercredi 23 Novembre 2016

Organisé par :

                
        

 Détail de l'événement :

TÉLÉCHARGEZ LE PROGRAMME EN VERSION PDF 

De nombreux développements technologiques voient le jour, poussés par l’industrie et la recherche publique, et visent des systèmes d’assistance à la conduite les plus sophistiqués possibles, jusqu’à la conduite automatisée. Plusieurs pays européens, dont la France, mais aussi le Canada, les Etats-Unis et le Japon réalisent des tests sur routes de véhicules de plus en plus automatisés. Si on se réfère aux classifications internationales, qui proposent, 4 ou 5 niveaux d’automatisation, du niveau 0 (aucune automatisation) au niveau 4 ou 5 (conduite autonome complète sur certaines sections de trajet ou sur tout le trajet), ces tests concernent les niveaux 2 et 3 et bientôt 4.

En parallèle de nombreux outils se développent pour surveiller les comportements des conducteurs à l’aide, par exemple, de radars (vitesse ou feu rouge) ou d’enregistreurs de données dans les véhicules (« boîtes noires ou outils télématiques »). D’autres utilisations incluent les caméras, les senseurs ou les GPS dans les véhicules qui permettent l’évaluation des comportements; dans certains pays, des assureurs  proposent, à l’aide de ces techniques, de réduire les primes des « bons » conducteurs.

Tous ces développements posent d’ores et déjà de nombreuses questions relatives à leurs performances (au sens de leur fiabilité et de leur efficience en matière de réduction de l’accidentalité), à leur acceptabilité, à leur diffusion et in fine à leur utilisation réelle. Ces questions interrogent principalement la prise en compte des facteurs humains tant dans la conception des outils que dans leur utilisation potentielle, notamment au regard des politiques de sécurité routière : quels outils devraient être favorisés pour quels résultats attendus ?

Au niveau de la conception des outils et des systèmes embarqués, l’un des défis importants est de réduire au maximum les « erreurs » ou les « fautes » humaines à l’origine des accidents. Ainsi de nombreux outils visent à aider le conducteur dans sa tâche de conduite. Si le colloque organisé en 2014 dans le cadre des Entretiens Jacques Cartier avait permis de traiter la question de la « distraction au volant » qu’engendrent ces outils, le présent colloque mettra l’accent sur l’évaluation des systèmes d’aide à la tâche de conduite.

Au-delà des questions purement techniques et d’aide à la conduite, l’enjeu de l’automatisation pose aussi plusieurs autres questions, incluant des questions sur la responsabilité (essentielles pour les compagnies d’assurance automobile), sur le rôle du conducteur, sur le cadre légal, sur les modifications de l’activité de conduite, comme sur le niveau de compétence demandé au conducteur au regard de ces nouvelles technologies (formation des nouveaux conducteurs, maintien des compétences des conducteurs en perte de capacités à cause entre autres du vieillissement).

L’enjeu du colloque « Sécurité Routière » des Entretiens Jacques Cartier 2016 sera ainsi double, en s’appuyant sur un regard croisé des industriels, des chercheurs et des représentants des instances gouvernementales en matière de sécurité routière. Il s’agira dans un premier temps de faire le point sur la prise en compte des facteurs humains dans les aides à la conduite et pour l’automatisation de la conduite. Le deuxième temps portera sur les dimensions « objectifs » et « accompagnement » de ces développements pour et par les politiques de sécurité routière. 

 

Avec la participation de:

    • Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la sécurité routière, France

    • Laurence Leroy, Directrice Sécurité routière - Bruxelles Mobilité, Belgique.

    • Jean Todt, Envoyé spécial mondial du SG/ONU pour la sécurité routière, Président de la FIA (tbc)

    • Claire Depre, Cheffe de l’Unité C 3 « Systèmes de transports intelligents », Direction Générale MOVE Mobilité et Transport, Commission européenne

    • François Guichard, Ingénieur et Économiste, Secrétaire du Groupe de Rapporteurs en matière de Roulement et de Freinage (GRRF/WP 29/CEE-ONU), Sécurité active des véhicules.

     

    • Martial Passi, Vice-Président du SYTRAL, Lyon

     

     

MARDI 22 NOVEMBRE

Accueil café et inscription à 09h00

OUVERTURE DES DÉBATS

Dès 09h30

Dominique MIGNOT, Marie Claude OUIMET, Joël VALMAIN

Présentation du colloque

 

 

Jean TODT, Envoyé spécial mondial du SG/ONU pour la sécurité routière, Président de la FIA

Emmanuel BARBE, Délégué interministériel à la sécurité routière, France

Lyne VEZINA, Directrice de la recherche et du développement en sécurité routière, Société de l’assurance automobile du Québec

Laurence LEROY, Directrice Sécurité routière à Bruxelles Mobilité, Belgique.

 

Pause

 

SESSION 1 – ETAT DES LIEUX INTERNATIONAL 

Dès 11h20

Marie Claude Ouimet,  Joël VALMAIN

Introduction de la session 

 

Maria Alfayate, Responsable de politiques, Unité C 3 « Systèmes de transports intelligents », DG MOVE, Commission européenne

François GUICHARD, Ingénieur et Economiste, Secrétaire du Groupe de Rapporteurs en matière de Roulement et de Freinage (GRRF/WP 29/CEE-ONU), Sécurité active des véhicules.

Ndeye Awa SARR, Présidente de Lasr International, Dakar, Sénégal.

Joël VALMAIN, CT « Europe-International »

 

Session questions et réponses

 

Déjeuner : 12h45

Restaurant administratif de la cité des mobilités

SESSION 2 – Trafic, Numérique et sécurité routière

Dès 14h30

Benoit HIRON, Chef du groupe "Sécurité des usagers et déplacements " au Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (Cerema), Lyon, France.

Introduction de la session

 

Paul Henri Gilissen, Directeur Général, Educam Service SA

L'intelligence artificielle, l'internet des objets... Des révolutions pour la mobilité de demain

Carlos LIMA de AVEZEDO, Chercheur, Massachussetts Institute of Technology, ITSLab, USA

Simulation de la mobilité autonome sur demande

 

Sessions Questions et Réponses 

 

Présentation des communications affichées en séance (voir liste en fin de programme)

 

Pause et session communications affichées

 

Dès 16h30 

Table ronde : Inégalités d’accès aux technologies embarquées, éthique et véhicules autonomes

Animateur : Dominique Mignot, Directeur du Département "Transport, Santé, Sécurité", Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar), Lyon, France.

Intervenants :

Laurent Carnis, Chargé de recherche, Ifsttar-AME-DEST, France.

Lyne Vezina, Directrice de la recherche et du développement en sécurité routière, Société de l’assurance automobile du Québec, Québec.

Bernard Laumon, Président du collège français de médecine du trafic

Denis Gingras, Professeur et Directeur du Laboratoire sur l’intelligence véhiculaire, Université de Sherbrooke, Québec.

Yves Page, Chef de Projet « Expérimentations Véhicule Autonome », Renault

Paul Henri Gilissen, Directeur Technique, Educam Service SA 

 

17h30

Clôture de la première journée

 

MERCREDI 23 NOVEMBRE

Accueil à 09h00

SESSION 3 – LIENS VÉHICULES-VÉHICULES, VÉHICULES-INFRASTRUCTURE : QUELS VERROUS ?

Dès 09h15

Yvan CASTEELS, Directeur du département Statistiques, analyses et recherches, Agence wallonne pour la Sécurité routière (AWSR), Namur, Belgique.

Introduction de la session

 

Guillaume SAINT-PIERRE, Chargé de recherche, Ifsttar-Cosys-Livic, France

La mobilité numérique au service de la sécurité routière

Denis GINGRAS, Professeur et Directeur du Laboratoire sur l’intelligence véhiculaire, Université de Sherbrooke, Québec.

Déploiement à grande échelle des véhicules autonomes : la route à parcourir est encore longue

Thierry SERRE, Chargé de recherche, Ifsttar-TS2-LMA, France

Les enregistreurs embarqués dans les véhicules: de leurs présences à leurs usages en sécurité routière

 

Session Questions et Réponses 

 

Pause

SESSION 4 – ADAS, VÉHICULE AUTONOME : ACCESSIBILITÉ ET USAGES 

Dès 11h30

Hélène TATTEGRAIN, Directrice du Lescot, Ifsttar-TS2, France.

Introduction de la session

 

Thierry BELLET, Chargé de recherche, Ifsttar-TS2-Lescot, France.

Conception virtuelle centrée sur l’humain des ADAS du futur

Nicolas SAUNIER, Professeur, Ecole Polytechnique de Montréal, Québec.

Quelles technologies embarquées pour la mesure et le contrôle de la vitesse ?

David SCHOENMAEKERS,  Service Public Fédéral Mobilité et Transports, Belgique

Le cadre belge pour tester des véhicules automatisés

 

Session questions et réponses

 

Déjeuner à 13h15

Restaurant administratif de la cité des mobilités

SESSION 5 – Véhicules autonomes, sécurité routière et responsabilité juridique

 

Dès 14h30

Patricia Courange

Introduction de la session

 

Michèle GUILBOT, Chargée de recherche, Ifsttar-TS2-LMA, France.

Véhicules communicants, délégation de conduite et responsabilités juridiques

Lyne VEZINA, Directrice de la recherche et du développement en sécurité routière, Société de l’assurance automobile du Québec, Québec.

Les véhicules autonomes : rôles et responsabilités du conducteur

 

Sessions Questions et Réponses 

 

DISCOURS DE CLÔTURE

 

Dès 16h20

Martial PASSI, Vice-Président du SYTRAL, Lyon, à confirmer

 

Dominique MIGNOT

Remise du prix de la meilleure communication affichée

 

Marie Claude OUIMET, Joël VALMAIN

Bilan et clôture du colloque 

 

Retour aux Entretiens