0

Les Entretiens

Bloquez votre agenda : Bientôt les 27e Entretiens Jacques Cartier

Jeudi 2 au vendredi 10 octobre 2014
Montréal, Québec, Ottawa, Sherbrooke, Haïti et Vietnam

Fidèle à la tradition des Entretiens Jacques Cartier cette 27e édition comportera 27 colloques reflétant les six univers du Centre Jacques Cartier : scientifique, technologique, économique, social, culturel et politique.

Comme chaque année les Entretiens seront officiellement ouverts lors de la cérémonie inaugurale qui aura lieu le dimanche 5 octobre 2014 à la Caisse de dépôt et de placement du Québec.

À titre de président du Centre Jacques Cartier, je suis particulièrement fier de vous donner rendez-vous en octobre prochain à cette 27e édition des Entretiens.

Soyez des nôtres et au plaisir de vous y croiser !

Pierre-Marc Johnson
Président
Centre Jacques Cartier

ACCÉDEZ AU PROGRAMME COMPLET

ÉVÉNEMENTS

Séance inaugurale

  dimanche 5 octobre 2014 – 16 h00

Collation des grades
  dimanche 5 octobre 2014 – 16 h00
Soirée culturelle
  mardi 7 octobre 2014 – 20 h00

Explorer les archives des Entretiens

Description

Créés en 1987, les Entretiens Jacques Cartier s’articulent autour de quatre axes qui sont autant de priorités fortes.

Le premier correspond aux colloques scientifiques pointus initiés et pris en charge par les différents pôles d’excellence de la région Rhône-Alpes. Le deuxième propose des colloques sur des grands problèmes de société d’aujourd’hui et de demain, et le troisième fait une large place à l’économie sociale. Enfin, le volet culturel constitue le quatrième pivot de cette manifestation annuelle qui se déroule, selon les années, en Rhône-Alpes ou au Québec. Le Centre Jacques Cartier est ainsi engagé dans un dialogue très constructif avec les collectivités territoriales. Le temps du mécénat a désormais laissé la place à un véritable partenariat pluriannuel où chacun apporte et trouve sa part.

Le nombre et la qualité des participants témoignent du succès de ces « Entretiens » et de l’attente qu’ils ont pu susciter. Ils soulignent aussi l’intérêt porté par le Centre Jacques Cartier à la francophonie.

La politique de coopération privilégiée établie entre Québécois et Rhônalpins est une réalité vivante. C’est en français que la philosophie des Lumières a fait le tour du monde. Les francophones bénéficient d’un patrimoine scientifique et culturel dont nous pouvons être fiers et qu’il faut faire partager. L’objectif du Centre Jacques Cartier est de renforcer en Rhône-Alpes un nombre bien identifié de pôles mobilisateurs capables de constituer à terme un réseau de relations scientifiques nourries entre chercheurs du monde entier.

Seule une recherche de qualité garantira l’existence d’un espace scientifique francophone. Il s’agit d’accélérer les échanges, de multiplier les rapprochements pour que des projets scientifiques de qualité voient le jour. C’est l’identité francophone qui est en jeu. Une culture dont André Malraux a dit « qu’elle n’est pas un inventaire, que l’héritage est métamorphose et que le passé se conquiert ». Et si un jour les générations de chercheurs, d’universitaires demandent des comptes, ce sera, à n’en pas douter, sur la façon dont nous aurons su intégrer notre héritage culturel à nos découvertes, sur la part de conscience que nous aurons su mêler à notre soif de science.

Le Centre Jacques Cartier, à travers les multiples approches qu’il a privilégiées, montre qu’il existe une logique unitaire fondée sur l’image de la région. Si Rhône-Alpes est la seule région française qui ne peut se réclamer soit d’une continuité historique, soit d’une cohérence spatiale, c’est parce qu’elle est une région faite de pièces ajoutées autour de grands passages régulés par l’espace lyonnais. Une région qui, à défaut d’un passé unitaire nettement défini, se développe au présent et se construit un futur. Cet avenir reste -quelle que soit l’aptitude des décideurs à le bien préparer -bien incertain, dans le contexte d’une Europe mouvante dont on ne sait si le centre de gravité économique ne glissera pas des pays rhénans vers une mitropa ancrée plus à l’est. En tout état de cause, l’assise régionale articulée autour du carrefour lyonnais du couloir rhodanien et des cols alpins, constitue une chance exceptionnelle. Encore faut-il gérer au mieux cette chance en offrant aux acteurs économiques et sociaux un cadre de vie urbain stimulant et un tissu régional cohérent. L’aménagement des infrastructures de transport et la recherche de leur valorisation optimale constituent le contre-champ et l’assise de cette politique dont l’objectif principal reste, en définitive, la bonne insertion de Rhône-Alpes dans le futur espace méditerranéen.

Les Entretiens du Centre Jacques Cartier favorisent les synergies dans les différents domaines de la recherche choisis en commun par les chercheurs et les professeurs de part et d’autre de l’Atlantique. Ils contribuent à affirmer la présence de la région Rhône-Alpes et de ses grandes métropoles : Lyon, Grenoble, Chambéry, Saint-Etienne, à l’échelle internationale et principalement à Montréal, au QUÉBEC et au CANADA. Les « Entretiens » ne constituent pas une fin en soi mais le point de départ d’une action commune permanente. Ils démontrent avant tout une volonté d’impulser, d’inciter.

Le Centre Jacques Cartier est un pari, mais un pari permanent visant à faire, avec d’autres partenaires, de la coopération franco-québécoise et canadienne, un espace privilégié plein de vie.

Ainsi est démontré que Rhône-Alpes, euro-région exemplaire, joue sur le plan de la recherche, de la formation des jeunes, de l’environnement culturel, le rôle privilégié que lui confère sa situation géographique. Les Entretiens Jacques Cartier ont l’ambition d’ouvrir de nouvelles voies à la réflexion, sur les stratégies à développer comme sur les actions futures à mener.